l’apocalypse du nouveau testament

  • Sujet 1 : webcache  – l’apocalypse du nouveau testament

Bonjour,

étant dans une partie religion je me permets de poser cette question :

 » qui a compris cette partie du nouveau testament ? « 

–> de mes recherches littéraires, le concept d’Apocalypse ne signifie pas la destruction du monde sensible vers sa destruction mais simplement le renouvellement du Temps.

sparfell
Lieutenant
Lieutenant

Inscrit le: 28 Avr 2005
Messages: 472

MessagePosté le: Mer Oct 18, 2006 10:40 am    Sujet du message: Répondre en citant

Dans les faits, les interprétations de l’apocalypse ont varié selon les circonstances du moment.

La vision historique (prophétie de la destruction du temple et de la chute de l’empire romain) s’est imposée au haut moyen age lorsque l’Eglise romaine se présente comme la nouvelle jérusalem sous la tutelle de laquelle sera construite la nouvelle Rome. Dans cette vision, Charlemagne est couronné par le Pape, empereur des romains : un ordre nouveau héritier direct de l’ordre ancien .

La vision millénariste prospera avec la crise du IXe et Xe siècle ( la déliquescence de l’empire carolingien, invasions normandes…) : La peur de l’an mil en attendant qu’un nouvel ordre soit établi (la féodalité)

L’apocalypse a été écrite au temps des persécutions des chrétiens (selon les historiens sous le règne de Néron ou de Domitien). C’est un message d’espérance, après les temps des martyrs vient le temps du Christ.

Reste à savoir dans quel temps nous nous trouvons actuellement.

Léviathan
Capitaine
Capitaine

Inscrit le: 01 Mai 2005
Messages: 952

MessagePosté le: Mer Oct 18, 2006 7:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je connais plusieurs interprétations de l’apocalypse mais avant tout, n’oublions pas qu’il y a ce type d’écrits dans tous les livres monothéistes (sauf peut-être l’Avestan Vendidad et les Gathas des zoroastriens, je ne sais pas). Pour les Juifs, il faut lire, entre autres, le livre de Daniel, pour les chrétiens, c’est l’Apocalypse, pour les musulmans, dans les hadiths et le Coran, mais pour les seuls bahaïs, l’apocalyspe est un évènement dépassé depuis le temps des abbassides!

Pour les chrétiens, du moins ceux qui croient que l’apoc c’est pour aujourd’hui ou demain, deux versions domineraient qui énonceraient que le retour du Christ se fera lorsque l’Israël antique, biblique, sera entièrement restauré (Grand Israël) et attaqué par la nord et pratiquement détruit. Puis Jésus apparaît, vainc l’antéchrist et sauve les juifs qui se convertissent par millions au christianisme.

Pour les témoins de Jéhovah, c’est une autre version qui est retenu : comme ci-haut mais avec le couronnement d’un roi juif universel à la clé, sorte de nouveau Salomon.

Pour d’autres chrétiens (et les juifs du Neturei Karta), Israël est une idôle qui induit les croyants en erreur sur la promesse divine d’une Jérusalem, certes, mais céleste.

Dans l’islam sunnite, une vision de la fin du monde est en train de se construire qui dit que l’ennemi, ce sont les juifs qui feront la guerre aux croyants (musulmans bien sûr) et seront vaincus par ces derniers, en terre sainte. Le Mahdi reviendra alors pour dénoncer le Massih Dajjal (le faux Messie) et convertir la planète entière à la seule vraie religion : l’islam.

Dans l’islam chiite, chez les septimaniens et duodécimains pour ce que je connais, le Mahdi c’est le dernier imam (soit le douzième ou le septième, c’est selon la branche) qui s’est caché mais n’est jamais mort (c’est pourquoi Ahmadi-Nejad peut prétendre lui parler lorsqu’il prie à Qom). Il doit réapparaître à la fin des temps pour corriger toutes les injustices du monde et instaurer une ère de paix universelle… sous la bannière de l’islam chiite. La vision chiite est peut-être la plus dramatique dans la mesure où pour eux, tout pouvoir temporel autre que celui du Mahdi est une imposture et une corruption.

Je passe sur les différentes sectes de l’islam, innombrables et très différentes, quoique extrêmement intéressantes. La pensée islamique, si on ne la réduit pas aux seuls deux grands courants sunnites/chiites est très riche.

Dans toutes ces versions de l’apocalyspe, je note qu’il ne s’agit jamais de prévoir la destruction du monde mais celle d’un monde où Dieu n’est au centre de gravité de l’humanité. Tous les hommes ne mourront pas mais systématiquement, la restauration de la paix n’est envisagée que sous le seul angle de l’unification religieuse de l’humanité.

J’établirais un parallèle avec ce que « prévoient » certaines théories des relations internationales comme celle de l’école libérale : l’avènement d’un monde en paix sous l’égide d’un gouvernement mondial démocratique.

Autre parallèle, la pax romana était également une ère de paix universelle si l’on tient compte de la vision réduite de ce monde qui avait généralement cours dans l’Antiquité.

De là à déduire que toutes les religions rêvent d’incarner un jour la nouvelle Rome (ou nouvelle Babylone ou nouvelle Bagdad)… il n’y a qu’un pas.

 

 

 

Extrait mais sujet connexe :

—-

Jeu Oct 19, 2006 1:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Léviathan a écrit:
sparfell a écrit:
Citation:
De là à déduire que toutes les religions rêvent d’incarner un jour la nouvelle Rome (ou nouvelle Babylone ou nouvelle Bagdad)… il n’y a qu’un pas.

 

Les trois religions monothéistes partagent un héritage commun issu de l’antiquité grecque et romaine même si aujourd’hui cet héritage est rénié par certaines traditions (cf le discours de Benoît XVI à Ratisbonne dont le message essentiel porte sur la déshéllinisation de l’occident).

 

Peux-tu m’en dire plus sur la déshéllénisation de l’occident?

 

Les xxxxxx ont retenu du discours de benoît XVI une diatribe contre l’islam, alors que l’essentiel de son propos critique la philosophie moderne dans le rejet de la philosophie antique dont le christianisme est l’héritier (NB : Le discours du Pape se situe dans un cadre plus théologique que philosophique).

Pour la philosophie antique, l’ordre du monde nous est donné et l’homme s’y inscrit dans une finalité propre. La physique (l’étude de la nature, de l’être) est indissociable de la métaphysique (l’étude du sens, du « devoir être »). Les faits et les valeurs ; les évènements et le sens sont indissociables et inter-pénétrables.

Un exemple pour comprendre : La classification des types de gouvernement chez les antiques grecs repose à la fois sur un critère objectif, le critère physique du nombre (un seul, un petit nombre ou la multitude) et sur un critère subjectif, un jugement de valeurs distinguant les formes vertueuses de gouvernement (la royauté, l’aristocratie, la république) des formes corrompues de gouvernement (la tyrannie, l’oligarchie, la démocratie).

Pour la philosophie moderne, l’ordre du monde se conceptualise. Il obéit à des lois. La quête des lois (la science) s’est dissocié de la quête du sens, de la finalité (la métaphysique). La rupture avec la philosophie classique est d’autant plus forte que le champ de la raison est désormais restreint à la seule science et son avatar la technologie. La métaphysique est réduit à une croyance, une superstition, une superstructure pour reprendre l’expression de Karl Marx.

Reprenons l’exemple des modes de gouvernement : Montesquieu a été l’un des premiers à remettre en cause la conception classique : il conserve le critère objectif du nombre mais il abandonne le critère métaphysique de la morale ou de la vertu pour le critère de la loi et de son effet modérateur (l’esprit des lois). Ainsi, il distingue la souveraineté du peuple ou d’une partie du peuple qui fixe la loi (République comportant deux sous catégorie Démocratie et Aristocratie), la souveraineté d’un seul soumis à des lois fixes et établies (la monarchie), la souveraineté d’un seul non soumis aux lois (le despotisme).

La déshéllénisation de l’occident est donc la perte de la quête du sens, l’abandon de la finalité individuelle et collective de l’homme tantôt au profit d’une jouissance existentielle et de son relativisme morale, tantôt au profit d’un scientisme béat.

Pour ceux qui sont rebutés par Benoît XVI car sa qualité de chef de l’Eglise Catholique le disqualifie, ils peuvent se reporter à Léo Strauss. Sa critique de la philosophie moderne réhabilite en quelques sortes la pensée antique.
_________________
« Le vrai miroir de nos discours est le cours de nos vies. » Montaigne

 

Publicités

Un commentaire pour l’apocalypse du nouveau testament

  1. fe dit :

    Il y a dix ans éclatait la « controverse » de Ratisbonne
    Anne-Bénédicte Hoffner , le 12/09/2016 à 17h54
    Mis à jour le 12/09/2016 à 18h27

    Le 12 septembre 2006, le pape Benoît XVI était invité par son ancienne université, à Ratisbonne en Allemagne, à s’exprimer sur le thème « Foi, raison et université ».

    Son discours, qui traitait de l’islam de manière incidente, avait suscité l’incompréhension et la colère dans une partie du monde musulman.
    Discours de Benoît XVI à l’université de Ratisbonne (Allemagne), le 12 septembre 2006.

    Discours de Benoît XVI à l’université de Ratisbonne (Allemagne), le 12 septembre 2006. / OR/CPP/CIRIC

    L’exercice devait être agréable pour l’ancien professeur de théologie, qui retrouvait là un cadre connu. Le 12 septembre 2006, Benoît XVI est invité par la célèbre université bavaroise de Ratisbonne, là même où il a enseigné, à intervenir sur le sujet « Foi, raison et université ». Dans cette leçon – dont le site du Vatican précise de manière inhabituelle pour un texte du pape qu’il fournira une version ultérieure « complétée de notes » –, le pape allemand retrouve des accents d’enseignant.S’appuyant aussi bien sur des sources juives ou grecques, le pape Benoît critique cette tendance à « exclure la question de Dieu » de la raison. Il est d’abord et avant tout question du christianisme. L’islam n’est abordé que de manière marginale, dans trois paragraphes dans lesquels le pape évoque une de ses lectures récentes : le compte rendu d’un dialogue noué autour de 1391 entre l’empereur byzantin Manuel II Paléologue et un Persan cultivé.Dans le deuxième passage, le pape rapporte des propos de l’empereur s’adressant à son interlocuteur..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s