Dettes Impots Taxes

ob_698962_ob-f834e7-297988-212627412136502-81010

 

la Dette Publique (suivant données publiques)

 Aprés les dépenses privées, Second calcul à la louche

 

 

 

Montant de la dette publique

  Fin 2017, elle se montait à 2.218,4 Md€ (env. 99% du pib)

(en 1980   453,2 milliards)

 

Cette dette demande des remboursements –> La charge de cette dette, c’est-à-dire le montant des intérêts à servir aux créanciers, est devenue très lourde : 41,2 milliards (soit 9% des rentrées d’argent de l’état).

 

Suis je méchant ? 2 218 / 41.2 = 55 ans si on avait un budget à l’équilibre

 

Recettes nettes du budget général + 242,9 milliards d’euros.

Si on arrêtait de respirer il faudrait tenir –> 9 ans, mieux qu’un Poisson dans l’eau.

Heureusement, les Comptables sont sympas ils considèrent que 60% du PIB ça passe –> Combien de Temps pour y arriver ?
———–

Rappelons que le budget n’est jamais à l’équilibre, donc chaque année il faut emprunter PLUS, sans nécessaire que cette Dette soit des « Avances pour le Progrés Avenir » mais plutot des frais courant.

Budget 2018 : – 82 milliards d’Euro

 

commentaire : le déséquilibre 2018 est plus important que la part du budget allouée pour payer la dette passée.
———–
Secondo, les taux d’intérêt pratiqués pour l’achat des dettes françaises sont faibles, que se passera t’il si ils montent ? plus d’impact sur le budget ou allongement de la durée ?
Si on connaissait déjà la répartition de la durée des Emprunts NNNN? Vous voyez je ne suis ni Banquier ni FInancier, c’est trop compliqué pour l’instant pour une .

 

« LE 14/12/17 À 12:26
Un programme supérieur de 10 milliards à 2017

L’encours des BTF devrait rester stable Des hypothèses de taux inchangées (Actualisé avec détails supplémentaires, rappel sur les hypothèses de taux de l’AFT)
PARIS, 14 décembre (Reuters)

 

La France émettra 195 milliards d’euros de dette à moyen et long terme nets des rachats en 2018 pour couvrir les besoins de financement de l’Etat, a annoncé jeudi l’Agence France Trésor, confirmant les chiffres publiés lors de la présentation du projet de loi de finances 2018 fin septembre.

 

commentaire : L’émission de dette prévue en 2018, est supérieure à la dette totale de la France en 1984 sans correction.

 

Ce programme, qui sera complété par 7,7 milliards d’autres ressources, est supérieur de dix milliards à celui de 2017.

Il servira à financer un déficit budgétaire prévisionnel revu en hausse à 85,8 milliards d’euros, contre 82,9 milliards annoncé initialement, pour solder le dossier de la taxe sur les dividendes, et à rembourser 116,6 milliards de dette à moyen et long terme arrivant à échéance.

L’organisme chargé de la gestion de la dette de l’Etat français précise dans un communiqué qu’il a émis pour 213,1 milliards d’euros bruts de dette à moyen et long terme cette année, répartis entre 193,1 milliards d’euros d’obligations à taux fixe (OAT) et 20,0 milliards d’obligations indexées sur l’inflation (OATi et OAT€i).

Il a procédé parallèlement à 18,2 milliards d’euros de rachats de titres arrivant à échéance en 2018, ce qui lui permet de plus que compenser la révision en hausse du déficit budgétaire prévu, et à 9,9 milliards de rachats de titres arrivant à échéance en 2019, soit au total de 28,1 milliards.

S’agissant de la dette à court terme (BTF), l’AFT indique que son encours devrait rester stable l’an prochain après une baisse de 1,1 milliard d’euros attendue cette année. Il s’élevait à 134,8 milliards d’euros fin novembre.

Pour son programme d’émission, elle prévoit de lancer l’an prochain une nouvelle souche de référence de maturité février 2021, une nouvelle souche de référence sur la zone 5 ans, une nouvelle souche de référence à 10 ans et une autre à 15 ans.

lien

Taux indicatifs des bons du Trésor et OAT / 03 Déc. 2018
lien2

Emprunt d’état à 10 ans taux varie de 1% à 16% !!!http://france-inflation.com/taux_10ans.php

 » Quel taux par défaut dans le simulateur ?
Le taux de dette retenu est le taux actuel, de 2,67 %. Il s’agit du taux constaté, c’est-à-dire le ratio entre les intérêts payés en 2013 et la dette fin 2013. Il n’est pas identique au taux auquel la France emprunte en ce moment, c’est-à-dire au taux des obligations nouvellement émises, car la France continue à payer des intérêts sur l’ensemble de la dette émise depuis des années, voire des décennies, à des taux différents. »

———————–

La recette budgétaire, se base sur une hypothèse de Croissance… sur le simulateur trouvé 0.1% de croissance en moins fait 1 milliards de crédit en moins.

Comme l’Argentine la France se plait à toujours sur-estimer la croissance.

Exemple :
Budget 2016 –> 1.5% croissance du pib attendue
résultat constaté insee en mai 2017 –> 2016 = 1.2%           source

 

De plus ici on peut voir l’évolution de la Croissance de 2000 3.9% en passant par -2.5% env. en 2009…

Et aussi les contraintes techniques :

Taux d’intérêt implicite de la dette publique et taux de croissance nominale du PIB dans la zone euro, en %

Lecture : quand le taux d’intérêt implicite de la dette publique est supérieur au taux de croissance nominal de l’économie (taux de croissance en volume tel qu’affiché habituellement + taux d’inflation), le poids de la dette public rapporté au PIB tend à gonfler spontanément parce que le volume des intérêts à verser croît plus vite que la richesse supplémentaire produite.

C’est la raison pour laquelle, si l’action en vue du rétablissement des comptes publics a pour effet de restreindre trop l’activité économique, comme c’est le cas actuellement, elle ne permettra finalement pas d’alléger le poids de la dette publique ; au contraire, elle l’aggravera, bien que le taux d’intérêt implicite sur la dette publique de la zone euro reste encore très bas dans l’ensemble.

a692014b

Commentaire : à 10 ans au jour d’aujourd’hui ça passe… +0.7% taux intéret pour  1.7 ou 1.6% croissance PIB. Cela devient tendu à 30 ans +1.6% taux intéret des Obligations.

 

Ils sont parvenus à la conclusion, après des recherches approfondies portant sur de longues séries historiques, qu’il ne faut absolument pas dépasser le taux de 90 % du PIB. Au-delà, l’endettement affecte négativement la croissance. Certes, ces travaux ont été critiqués, mais le FMI a, néanmoins, confirmé qu’il avait fait de ce ratio sa doctrine, disant : «  La barre de 90 % est un bon point de référence ». lien

 

Listes des Autres Liens :
http://www.senat.fr/rap/l15-164-313/l15-164-3133.html
http://www.financespubliques.fr/dette#/dette
http://www.financespubliques.fr/glossaire/terme/tauxdette/

L’avenir ?


 

IMPÔTS. UNE MICRO-TAXE SUR LES PAIEMENTS ÉLECTRONIQUES EN SUISSE

Et si une micro-taxe automatique remplaçait tous les impôts actuels ? C’est en tout cas l’idée de Marc Chesney et Félix Bolliger.Ils ont lancé, avec un soutien grandissant, un manifeste pour promouvoir une micro-taxe sur tous les paiements électroniques. Le projet pourrait bien être soumis à référendum en Suisse.

Ou

Sortie de l’EURO suivi M.TODD (et ou dévaluation de l’Euro)

Ou

Ré-industrialisation de la France (avec Douane ou pas)

si notre pays avait le même ratio de production industrielle par habitant que, par exemple, notre voisin d’outre-Rhin, le niveau de PIB par tête des Français s’élèverait à 44 000 dollars, soit un PIB de 2 950 milliards, chiffre à comparer aux 2 520 Md$ actuels.

 

4 commentaires pour Dettes Impots Taxes

  1. boder dit :

    GIlet Jaune, on va dépasser les 100% de dette / PIB

    Oui le PIB va baisser
    http://www.leblogfinance.com/2018/12/la-croissance-de-la-france-mise-a-mal-par-les-gilets-jaunes.html
    “Je pense que les événements actuels devraient nous faire perdre 0,1 point de croissance de notre richesse nationale au dernier trimestre”,

    J'aime

  2. boder dit :

    On continue à jouer de la fiction…

    Décryptage Dette publique : pas de quoi paniquer !
    Christian Chavagneux
    17/12/2018
    Les mesures annoncées par Emmanuel Macron pourraient porter un coup à la dette française qui frôle les 100 % du PIB. Est-ce si grave ? Ce n’est pas elle qui devrait nous inquiéter le plus. Plongée dans ses arcanes.

    https://www.alternatives-economiques.fr/dette-publique-de-quoi-paniquer/00087452

    –> un payeur potentiel

    Alerte Les entreprises françaises sont trop endettées
    Christian Chavagneux
    19/02/2018

    La dette publique de la France suscite régulièrement le débat, mais pas celle de ses entreprises. A tort, selon le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), l’organisme chargé de surveiller le système financier national afin d’éviter les prochaines crises. Dans un récent rapport1, il s’inquiète de la montée de l’endettement des entreprises. Certes, c’est en partie le signe d’une reprise de l’investissement et d’une reconstitution de trésorerie, plutôt de bon augure. Mais d’autres évolutions, plus dangereuses, sont également à l’œuvre. Tour d’horizon d’une dette qui ne fait pas assez parler d’elle.
    Une exception française
    Au deuxième trimestre 2017, dernière donnée connue, la dette des entreprises hexagonales non financières s’établissait à 1 600 milliards d’euros : 1 000 milliards de crédits bancaires et 600 milliards d’emprunts sur les marchés financiers. Ce n’est pas tant le niveau que la dynamique de cette dette qui inquiète le HCSF : depuis le dernier trimestre 2010, elle a progressé de l’équivalent de 11,5 points de produit intérieur brut (PIB), contre une baisse de 2,6 points pour l’ensemble de la zone euro. La France est donc nettement à contre-courant de ses partenaires européens.
    Un regard plus précis montre que l’essentiel de cette dette (42 %) tient au comportement des grandes entreprises : leur endettement sur les marchés financiers a beaucoup plus fortement progressé (+ 48 % entre 2011 et 2017) que l’endettement bancaire (+ 9 %). Les grosses firmes, qui disposent d’un accès direct aux marchés, ont voulu bénéficier de la baisse des taux d’intérêt de ces dernières années. Alors que le coût moyen du crédit aux sociétés non financières est déjà à son plus bas historique depuis la fin 2016 (autour de 1,4 %), le coût du financement par le marché des grandes entreprises se situe à 0,8 %.
    Une large partie de cet endettement est réalisée à taux variable : ces entreprises pourraient donc pâtir d’une remontée des taux d’intérêt. Mais le risque est relatif, car la Banque centrale européenne a déclaré vouloir maintenir des taux bas pour un long moment encore. Et les entreprises ont profité de ces bonnes conditions pour allonger la durée de leur dette. Enfin, leurs résultats s’améliorant, elles pourraient d’autant mieux supporter une éventuelle hausse du coût de leur dette.
    Au-delà du coût, la question essentielle est donc de savoir à quoi sert l’argent emprunté. De ce point de vue, une analyse récente de l’Insee pointe deux bonnes nouvelles2. D’une part, précisent les deux auteurs Marie-Baïanne Khder et Clément Rousset, « l’investissement après la crise a baissé chez les principaux partenaires européens alors qu’il a progressé en France ». A la fin 2016, le taux d’investissement (l’investissement rapporté à la valeur ajoutée) se situait de fait à 23,3 %, un plus haut historique depuis trente ans.
    D’autre part, les liquidités détenues par les entreprises françaises ont considérablement augmenté : elles représentent « près de 25 % du PIB en France en 2016, contre moins de 15 % en 2008. A l’inverse, les liquidités détenues par les entreprises allemandes et espagnoles sont quasi stables en proportion du PIB », soulignent les experts de l’Insee.

    –> a ce jour le Taux indictaif des bons du trésor sont négatifs… seul ceux à 10% passe à 0.5

    J'aime

  3. boder dit :

    http://www.persee.fr/doc/ecofi_0987-3368_1989_num_10_2_1629

    A propos du changement de régime, les révolutionnaires disent pour simplifier
     » La dette colossale de la France (du roi) est ce qui nous a mis au Pouvoir »

    Ceci dit, la Nation Française a eu à ce jour comme principe de payer ses dettes… on convient donc que l’usage du risque de Banqueroute de l’état par la dette a été l’argument principal pour lever PLUS d’impots ‘révolutionnaires’ et Autres.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s