Suivi – Actu mali

Lien général
Start march 2016

————

http://www.rfi.fr/afrique/20160307-mali-onu-minusma-forum-kidal-acceleration-processus-paix

——————

http://www.rfi.fr/afrique/20160304-mali-onu-mandat-minusma-terrorisme

 

Cinq casques bleus togolais sont tombés dimanche 29 mai dans une embuscade à Sévaré, non loin de Mopti au centre du Mali. L’armée togolaise, qui compte un millier d’hommes au sein de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma), est basée à Douinza avec des détachements à Gosso et Sévaré. Les militaires togolais étaient en patrouille dans un véhicule de reconnaissance.

C’est la plus importante perte de l’armée togolaise sur un théâtre d’opération onusienne. Les cinq victimes appartenaient au régiment blindé de reconnaissance et d’appui et au 4e régiment d’infanterie : un adjudant, deux sergents et deux soldats de première classe, tous à bord d’un véhicule blindé de type UR416 qui revenait d’une mission de sécurisation de zone, à 30 km de Sévaré dans la région de Mopti au centre du Mali.

Selon les témoignages recueillis auprès de militaires togolais joints sur place, le blindé aurait sauté sur une mine enfouie dans le sable et relié d’un câble à une batterie. Le véhicule est parti en lambeau. Quatre soldats sont morts sur le coup, le cinquième a succombé lors de son évacuation.

Les cinq corps sont ramenés à la morgue de Bamako. « Malgré le moral atteint, ajoute une source, nous continuons le travail, c’est la guerre ici. » Une réunion du haut commandement des forces armées togolaises a eu lieu lundi, les chefs de corps auxquels appartiennent les victimes sont chargés d’informer les familles en attendant les dispositions de rapatriement des corps.

Faure Gnassingbé en séjour officiel en Chine a présenté à partir de son compte Twitter, ses condoléances à la nation entière ainsi qu’aux forces armées togolaises avant d’ajouter : « puisse le miséricordieux accorder le repos éternel à leurs âmes à la hauteur de leur sens du devoir et du sacrifice au service de la paix. »

 

——————————

Par RFI Publié le 05-07-2016 Modifié le 05-07-2016 à 11:04

Vives tensions autour de Kidal au nord-est du Mali entre les groupes armés qui contrôlent la ville. Kidal, c’est le fief du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) qui a été rejoint dans la ville en février dernier par le Gatia, un groupe armé pro-gouvernemental, mais qui prend de plus en plus son indépendance vis-à-vis de Bamako. Entre les deux mouvements armés, la tension va crescendo avec en jeu le leadership sur la région de Kidal.

Mouvements de troupes, avec parfois doigt sur la gâchette et guérilla verbale. Le Gatia, groupe armé pro-gouvernement malien, mais qui en réalité vole désormais de ses propres ailes, n’est pas content. Il accuse son allié du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) de vouloir s’accaparer tous les postes de commandement.

Le gouverneur de la région de Kidal, récemment nommé par Bamako, est très proche du HCUA. Et voilà que pour l’installation des autorités intérimaires, le même HCUA veut se tailler la part du lion, explique un responsable du Gatia.

Les autorités intérimaires, elles, vont dans le cadre de l’accord d’Alger : gérer pour un moment les régions administratives du nord du pays. Et le Gatia, qui montre ses muscles, demande à être au cœur du dispositif d’installation de ces autorités intérimaires, surtout à Kidal. De son côté, le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad est en état d’alerte. Un de ses responsables prévient : « Si nous sommes attaqués, nous répondrons. »

Face à cette situation de tension sur le terrain, des religieux, des responsables politiques, lancent des appels au calme en direction des deux groupes armés qui contrôlent cette localité du Mali.

 

————————–

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/lru-mali-revolution-l-artillerie-105257

 

La LRU au Mali : une révolution pour l’artillerie

18 roquettes ont été tirées entre 50 et 70 km avec une précision de moins de 4 mètres.

Dix-huit roquettes ont été tirées par les trois lance-roquettes uniques (LRU) qui ont été déployés dans le nord du Mali entre le 14 février et le 16 mai dernier. Le LRU est une évolution de l’ancien LRM (Lance-roquettes multiples) : de l’arme de saturation, l’armée de terre est passé à une arme de précision à longue portée. Le LRU équipe le 1er régiment d’artillerie de Belfort.

Si la portée maximale est de 84 km, les tirs à partir de Tessalit (nord Mali) ont été réalisé à des distances de 50 à 70 km, et parfois un peu plus. A ces distances considérables pour l’artillerie, la précision (rayon à l’impact) est de moins de quatre mètres. La charge est de 89 kg, plus faible qu’une bombe d’aviation, ce qui limite les dommages collatéraux.

Les tirs de LRU nécessite une coordination 3D, assurée par l’armée de l’air, afin de s’assurer qu’aucun aéronef ne vole dans la zone du tir.

Selon l’Etat-major des armées, ce déploiement de trois mois a été « très positif ».  A noter également que, pour la première fois, un engin chenillé a été déployé par l’armée française au Sahel.

 


http://www.rfi.fr/afrique/20160727-mali-arrestation-chef-jihadiste-ansar-dine

Par RFI Publié le 27-07-2016 Modifié le 27-07-2016 à 17:02

Publicités

4 commentaires pour Suivi – Actu mali

  1. boder dit :

    Mali : projet de lithium évalué à 83,4 millions USD, l’enjeu du conflit éloigné du discours officiel
    Elisabeth Studer Actualités, Economie, Energies, Matières premières Pas de commentaire

    Si le Mali est un pays connu du grand public principalement pour le conflit qui le secoue depuis quelques années, conflit dans lequel la France est largement impliquée, son potentiel minier et énergétique attire moins les medias, et pourtant …

    Alors que déjà, en janvier 2013 , nous indiquions que le Mali est un pays riche en pétrole, en gaz et en mines d’or… richesses qui pourraient d’ailleurs être à l’origine des tensions actuelles, le pays se révèle également riche en lithium.

    Ainsi, selon les résultats d’une étude exploratoire réalisée par le propriétaire, Birimian, le coût du projet de lithium dénommé Bougouni a été évalué à 83,4 millions de dollars. Il couvre une superficie de 250 km2, dans une région située dans le Sud du Mali, pays ou l’entreprise minière australienne détient également deux projets aurifères, Massigui et Dankassa. .

    Le développement du projet de Bougoumi sera réalisé en deux étapes, sur une durée globale de 13 ans. 47,2 millions dollars seront affectés à la réalisation de la première phase, une exploitation à ciel ouvert d’une capacité de production annuelle d’un million de tonnes. La deuxième phase sera dédiée quant à elle au traitement du minerai par une usine de séparation en milieu dense.

    «Les résultats de l’étude exploratoire confirment le potentiel remarquable de notre projet de lithium Bougouni. Il s’agit de l’un des plus grands projets à haute teneur en lithium au monde et nous continuons à nous concentrer sur l’accélération de son développement», a commenté à cette occasion Kevin Joyce, DG de Birimian.

    La compagnie finalise parallèlement un programme de forage en vue d’améliorer et accroître les ressources du gisement Goulamina, un des plus grands gisements du projet.

    À la suite de ces résultats positifs d’étude exploratoire, l’étude de pré-faisabilité du projet a été entamée. Elle devrait prendre fin en juin 2017.

    En novembre 2016, la compagnie minière Kodal Minerals a quant à elle conclu un accord avec la société Minefinders, en vue d’acquérir une participation de 90% dans le projet de lithium Diendio, situé dans le Sud du Mali. Le projet couvre une superficie de 109 km2 et comprend trois concessions, Diendio Sud, Diossyan Sud et Manankoro Nord. La transaction évaluée à 65 000 $ sera payée en deux tranches, la clôture étant prévue pour novembre 2017.

    «Cette acquisition est le résultat du travail mené par notre équipe locale pour identifier de potentielles cibles et notre connaissance du terrain a permis une finalisation rapide de l’accord. Le faible montant de la transaction nous permettra de nous concentrer sur les dépenses maximales prévues sur le site et notre équipe d’exploration commencera immédiatement l’échantillonnage initial et la cartographie.», avait alors déclaré le PDG de Kodal, Bernard Aylward.

    Décidément très intéressant le Mali pour les sociétés minières … D’autant plus que la demande en lithium a le vent en poupe, matière première actuellement très recherchée en vue de produire des batteries ion-lithium pour voitures électriques ou téléphones portables.

    Le 14 janvier dernier, François Hollande, en visite officielle au Mali, avait prévenu quant à lui que la présence militaire française au côté de forces maliennes pour leur formation et la lutte contre les groupes djihadistes présents dans le pays serait longue.

    « Nous resterons ici, au Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane tant que les pays africains -et il n’y a pas que le Mali- en décideront », avait alors déclaré le chef de l’Etat français lors de la conférence de presse de clôture du 27e sommet Afrique-France. »Notre objectif est de former les armées africaines » pour qu’elles assurent leur mission, à savoir « mettre en sécurité la zone sahélo-saharienne », avait-t-il poursuivi.

    « Mais ce sera long parce que nous avons en face de nous des groupes terroristes particulièrement armés et déterminés à déstabiliser l’ensemble de la région », avait-t-il averti.

    Le président malien a jugé pour sa part que l’opération Barkhane « en son temps et encore aujourd’hui répond à un besoin, non seulement du Mali, du Sahel mais aussi de l’Europe et du monde ». »Il y a donc aujourd’hui des situations qui justifient cette coopération entre la France et nos armées », avait-t-il souligné, ajoutant que « bien sûr » les troupes « resteront le temps qu’il faudra pour notre bien commun ».

    Sources : agence ecofin, Birimian, AFP

    Elisabeth Studer – 02 février 2017 – http://www.leblogfinance.com

    J'aime

  2. boder dit :

    http://www.opex360.com/2017/03/06/mali-groupe-arme-soppose-linstallation-des-autorites-interimaires-tombouctou/

    Mali : Un groupe armé s’oppose à l’installation des autorités intérimaires à Tombouctou
    Posté dans Opérations, Points chauds par Laurent Lagneau Le 06-03-2017
    inShare

    J'aime

  3. boder dit :

    Mali: les autorités intérimaires installées dans toutes les régions du Nord

    Par RFI Publié le 20-04-2017 Modifié le 20-04-2017 à 23:51

    Au Mali, les cinq régions du Nord ont finalement toutes leurs nouvelles autorités intérimaires. Elles doivent restaurer l’Etat et préparer les futures élections, mais leur mise en place a été laborieuse ces derniers mois. A Tombouctou et Taoudéni, les derniers représentants de ces nouvelles autorités ont été installés.

    http://www.rfi.fr/afrique/20170420-mali-autorites-interimaires-installees-toutes-regions-nord

    J'aime

  4. boder dit :

    OPEX 360

    04-05-2017
    La base des Nations unies à Tombouctou a été la cible d’une nouvelle attaque jihadiste
    Posté dans Afrique, Opérations par Laurent Lagneau Le 04-05-2017

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s