Météo des taux de Change

MessagePosté le: Ven Nov 20, 2009 3:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mais lorsqu’ils s’endettent en dollars ils font (pour le moment) une bonne affaire.

 

Ven Nov 20, 2009 4:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dans mon dernier post je réagissait au poste de M.WISTON face au post de nominoe.

EN cherche sur le web je trouve ceci qui me parait à jour.

lien sur le site de Challenge
le titre ne dit pas le fond de l’analyse qui est que les pays développés sont principaux stockeurs d’or.

Lien wikipedia
Qui rappel que la banque fédérale US posséde toujours le plus gros stock mondial d’or.

Je pense que l’article veut dire quoi: que l’Europe n’a pas prouvé au monde qu’elle pouvait à elle seule tirer la croissance mondiale. Pour l’instant seul les USA paraissent à méme de changer la tendance mondiale. d’où la baisse de l’euro face au dollar tout en restant à l’avantage de l’euro sphére stabilité dans le monde.

L’or est une valeur refuge dans le sens que c’est dans le monde entier une valeur millénaire représentant la richesse et le pouvoir. Cela n’engendre pas de révolution dans l’équilibre mondial voir les liens au dessus.

Ven Nov 20, 2009 4:09 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Combien de temps encore la Chine et l’Europe vont-elles accepter que les USA ne payent que la moitié de leurs importations?

Les importations américaines représentent à peu près deux fois ce qu’ils exportent.

Aucun pays normal ne pourrait tenir longtemps sans compenser ses importations par des exportations.

Les USA y parviennent parce qu’ils ont le dollars.

Jusqu’en 1945, le système d’échange international était basé sur l’or.

L’or ne peut pas être fabriqué. Pour payer ses importations chaque pays devaient acquérir de l’or en exportant.

Chaque pays était obligé d’équilibrer sa balance commerciale.

En 1945, les USA ont mis en place un système basé non plus sur l’or mais sur le dollars.

Ils disaient: ça revient au même car nous garantissons la parité or du dollars.

Le dollars avait une parité fixe avec l’or. Les gens pouvaient à tout moment échanger leurs dollars contre de l’or.

Ce système aurait dû obliger les USA à équilibrer leur balance commerciale afin de toujours disposer d’une quantité d’or équivalente à la quantité de dollars en circulation.

Pendant la guerre du Vietnam l’amérique a payé ses dépenses en faisant marcher la planche à billets.

En 1971, l’amérique a révélé au monde qu’elle était incapable de continuer à garantir la parité or du dollars.

Depuis, ils ont continué à faire marcher la planche à billets et le déficit commercial américain est devenu abyssal.

Bref, ils se foutent de notre gueule, ils nous escroquent et nous on reste ébahis devant leur taux de croissance.

Nov 20, 2009 5:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Je ne pense pas « qu’ils se foutent de notre gueule ». Si wikipedia a raison ils ont toujours le plus grand stock d’or.

Donc grosso mondo nous parlons d’inflation monnétaire quand nous parlons de croissance mondiale.

Comme vu la TV un économiste anglais a dit ‘la spéculation sur des valeurs immobiliaires ce n’est que du vent, ce n’est pas de l’augmentation de richesse ». Mais c’est l’homme qui donne la valeur!

En gros le monde n’est pas plus riche, les USA surtout. Mais il est toujours aussi intéressant de vers du commerce dans le monde. Hors la plus grosse économie qui produit de l’activité c’est encore les USA, donc l’afflux de billet vert a encore un sens et une valeur d’échange…

Nov 20, 2009 8:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Tous les pays jouent avec les taux de change et les gouvernements y sont pour quelque chose: ils peuvent décourager la sortie des capitaux ou, à l’inverse, freiner l’entrée des capitaux spéculatifs (si besoin est).
Le but est logiquement de faire concorder la valeur de la monnaie avec les tendances économiques du pays.

Cela dit, la Chine est l’exception qui confirme la règle. En effet, elle génèrent des excédents commerciaux énormes (comme tout le monde l’a déjà fait remarqué) mais le yuan ne s’améliore pas. Vous me direz pourquoi?
Tout simplement car la Chine échange massivement sa monnaie contre des dollars (d’où des réserves de dollars si importantes ^^)…Le gouvernement entretient donc volontairement la faiblesse des cours du yuan, pour obtenir un avantage concurrentiel et booster les exportations chinoises. L’autre conséquence, moins sympa, est que cela plombe celles des autres pays. En particulier les américains, qui vont avoir du mal à remonter la pente à cause de ces manipulations: Krugman, économiste émérite, parle de siphonnage de la demande mondiale.

 

Ven Juin 25, 2010 9:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
FRANCE 24
ernière modification : 19/06/2010
– Chine – Dollars – Économie mondiale – États-Unis – Yuan

Pékin assouplit l’indexation décriée du yuan sur le dollar
Largement critiqué par les États-Unis qui l’accusent de fausser l’économie mondiale, le taux de change de la monnaie chinoise, le yuan (ou renminbi), jusqu’ici indexé sur le dollar américain, doit être assoupli, annonce Pékin.
Par Dépêche (texte)

AFP – Soumise à d’intenses pressions américaines, la Chine a annoncé samedi sa décision de favoriser une plus grande souplesse dans la fluctuation du yuan et de poursuivre la réforme du mécanisme de taux change de sa devise, une initiative aussitôt saluée par les Etats-Unis et le FMI.

« La banque centrale de Chine a décidé de continuer à soutenir la réforme du mécanisme du taux de change du RMB (yuan) et de renforcer la souplesse du taux de change du RMB », a indiqué la banque centrale chinoise sur son site internet.

Cette annonce intervient à une semaine de l’ouverture du sommet du G20 à Toronto (Canada) et sous d’intenses pressions, essentiellement de Washington, pour forcer Pékin à renouer avec un système de change plus souple qui permettrait au renminbi (monnaie du peuple, autre nom du yuan) de s’apprécier: cela devrait, espère Washington rééquilibrer un peu le commerce en renchérissant les exportations chinoises.

Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner a aussitôt salué samedi la décision chinoise, soulignant qu’elle pouvait apporter une contribution « positive » à la croissance mondiale.

« Nous saluons la décision de la Chine de renforcer la souplesse de son taux de change », a-t-il déclaré dans un communiqué, ajoutant qu' »une mise en oeuvre dynamique (de cette décision) apportera une contribution positive à une croissance mondiale forte et équilibrée ».

Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a également jugé samedi « très encourageante » cette décision chinoise.

« L’annonce par la Banque de Chine populaire qu’elle va accroître la souplesse du taux de taux change et retourner à un régime contrôlé de change flottant qui était en place avant la crise financière mondiale est un développement très encourageant », a-t-il dit dans un communiqué.

« Un renminbi plus fort est conforme aux conclusions du processus d’évaluation mutuelle du G-20 devant être présentées à Toronto la semaine prochaine et contribuera à accroître les revenus des ménages chinois et à créer les incitations nécessaires pour réorienter les investissements vers des industries servant le consommateur chinois », a-t-il ajouté.

Cependant, la banque centrale a souligné que rien ne justifiait d' »importantes variations ou changements » dans le taux de change et répété qu’elle continuerait à gérer le taux de change flottant « à l’intérieur de la bande (de fluctuation) déjà annoncé ».

Les partenaires commerciaux de la Chine estiment que la sous-évaluation du yuan permet à Pékin de vendre ses produits exportés à bas prix.

La Chine a systématiquement repoussé les pressions des Etats-Unis, qu’elle renvoie à leurs propres responsabilités, soulignant que le taux de change de sa monnaie n’est pas responsable de leurs déséquilibres structurels.

Depuis l’été 2008, le yuan fluctue dans une marge très étroite vis-à-vis du billet vert. Il s’est en conséquence apprécié face à l’euro.

La monnaie chinoise fera l’objet de discussions au sommet du G20 à Toronto, malgré l’opposition de la Chine, avait affirmé vendredi un haut-fonctionnaire canadien.

Le sujet sera abordé lors d’un « exercice d’évaluation mutuelle » pour définir de quelle manière les pays du Groupe des 20 peuvent contribuer à une reprise forte et durable de la croissance économique mondiale, avait précisé ce responsable sous couvert d’anonymat.

Vendredi, la Chine avait pourtant répété que le taux de change de sa monnaie ne concernait qu’elle-même et ne devait pas figurer au menu des discussions de Toronto qui réunira les principaux pays riches et émergents.

« Je ne pense pas que cette question ait jamais été au programme », avait dit Zhang Tao, un responsable de la Banque centrale chinoise.

Fin mai, le président Hu Jintao, qui va participer au sommet du G20, avait évoqué une possible reprise « graduelle » de la réforme du système de taux de change sans toutefois fixer d’échéance

Ceci a de forte chance de favoriser la reprise, la Chine fait sortir le monde du statut-co défavorable à l’euro..

—edit 2020—-

compil extraits des surf

livre sterling –> « propriété c’est sacrée »

Euro + Dollar : monnaie « pourrie » sur-évaluée trop de masse monétaire, intervention institutionnelle plombe la crédibilité, USD ne sait pas combien elle émet pour le change international… Mais bon in fine USD > EUro

Pourtant dans la gestion de la crise actuelle, évolution de la masse Monnaie M2 de la chine n’est pas perturbée évolution linéaire à contrario Big GAP USD suite covid + Big Gap Japon + Euro GAP mais plus faible

Chine : ça roule fiable

—2021—

simple source wiki

Les réserves de change sont des avoirs en devises étrangères et en or1 détenues par une banque centrale. Leur montant global avait doublé entre 2000 et 2008, passant de 2 000 à 4 000 milliards de dollar américain. Pour les trois quarts, cette augmentation est due aux banques centrales asiatiques, dont les avoirs sont passés de 1 000 à 2 500 milliards de dollars sur la période.

15 France$ 225.700 (novembre 2020)17 Milliards de dollar
RU : 183. / Italie : 203. / Allemagne : 258
22 États-Unis$ 141.191 (novembre 2020)7
normal pourquoi les USA aurait du change d’autres pays 😉
1 République populaire de Chine$ 3 178.000 (novembre 2020)3,4
2 Japon$ 1 384.615 (novembre 2020)5

9 Arabie saoudite$ 446.624 (octobre 2020)3,12
producteur de pétrole
5 Russie$ 582.676 (novembre 2020)8
producteur de pétrole & gaz
40 Australie$ 45.222 (novembre 2020)6
pays minier
37 Afrique du Sud$ 53.760 (novembre 2020)
pays minier
28 Canada$ 91.742 (novembre 2020)22
pays minier
48 Argentine$ 33.386 (novembre 2020)
référence en matiére de probléme de change

La constitution de réserves correspond, suivant les pays et les moments, à des objectifs différents.

À la base, leur première raison d’être est d’entretenir la confiance des marchés envers la devise nationale et de montrer que le pays a les moyens de résister à un choc quelconque (hausse des prix des matières premières ou des biens manufacturés, crise du crédit, catastrophe naturelle, dérapage du commerce extérieur, etc.).

Néanmoins, l’évolution actuelle des réserves dans les pays asiatiques n’a, compte tenu de l’énormité des montants constitués, plus rien à voir avec cette logique. Elle correspond entre autres aux désirs des pays en développement de se défendre contre l’instabilité due aux caprices des flux financiers extérieurs29.

Dans le cas du Japon qui a le premier clairement appliqué une politique volontariste en la matière, et qui a poussé la constitution de réserves à des niveaux jamais vus auparavant – mais maintenant dépassés par la Chine – il s’agit essentiellement de lutter contre la déflation qui sévit à l’état endémique depuis l’éclatement de la bulle immobilière et financière du début des années 1990. L’effet d’une augmentation des réserves est double. Elle :

  • augmente la base monétaire (un achat de dollars est une vente de yen, donc chaque fois que la Banque du Japon achète des dollars, elle augmente en contrepartie la base monétaire japonaise) ;
  • et elle maintient le yen bas face au dollar, ce qui dans le cas de l’économie japonaise, très tournée vers l’exportation, correspond à un soutien à l’activité.

D’une façon générale, les économies asiatiques sont, à l’instar de l’économie japonaise, axées sur les exportations. Le deuxième effet recherché par le Japon – le maintien d’une devise compétitive – est donc probablement un souci général en Asie.

Néanmoins, il semblerait, pour certains, que la constitution de ces réserves soit liée à la faiblesse du système financier asiatique, déjà une première fois mis à mal par la crise financière de 1997 et à une volonté de ne pas répéter l’erreur principale commise à cette époque : un endettement local incontrôlé en dollars, sans tenir compte du risque de change, ce qui a conduit à cette crise.

+++2021++++

lien

De 1997 à 1999, eut lieu une grande crise des balances des paiements qui fit s’écrouler les taux de change de l’Asie. Et du coup, pendant plus de 20 ans et pour éviter un retour d’une crise de leurs balances commerciales, les monnaies de ces pays furent maintenues grotesquement sous-évaluées, ce qui fit que personne ne pût augmenter ses prix dans le reste du monde et qui contribua puissamment à l’atmosphère déflationniste qui règne depuis.

diantre je venais d’updater le fil sur l’or

 » La Chine est, de loin, le pays qui possède le plus de réserves de change (environ 3 000 milliards de dollars). » source

13 commentaires pour Météo des taux de Change

  1. boder dit :

    http://buying-gold.goldprice.org/2008/01/what-happened-to-gold-price-in-1980.html

    Monday, January 14, 2008
    What Happened to the Gold Price in 1980?
    In January 1980 gold hit a record 850 US dollars an ounce. After reaching those dizzy heights it then plummeted down and remained steady in the 300-400 dollar range for some years before starting to climb again to new levels.

    Now gold has broken through the 900 dollars an ounce gold barrier and some investors and analysts are wondering, is this going to be a repeat of the 1980 gold spike?

    In fact, there are many differences between the 1980 spike in the gold price and the current rise in gold value, not the least of which is the longer term trend currently occurring. In 1980 gold basically shot up like a bullet out of a gun and then, like a bullet, slowed down and returned to earth.

    History
    In January 1980 gold was fixed at a record 850 USD an ounce while high inflation, strong oil prices , Soviet intervention in Afghanistan as well as the impact of the Iranian revolution prompted investors to heavily buy the metal.

    Adjusting for inflation, meant the 1980 record high price was actually $2,079 an ounce at 2006 prices, while, according to precious metals consultancy GFMS, the real average price in 1980 was calculated at $1,503.

    As a result of the removal of the gold standard by Nixon in1971, what little life was left in the Bretton Woods, built during the devastation of World War II to help Europe recover its faith in credit and currencies agreement was killed off. The result?

    « Inflation in most countries at the end of 1979 was running in double digits, » writes Peter Bernstein in his classic The Power of Gold. Pointing to the OPEC-led spike in oil prices, he also notes that « political conditions were perhaps even more frightening. »

    « Iranian radicals in Nov. 1979 took over the US embassy in Tehran…At the same time, the Russians were building up their strength in southern Yemen near Saudi Arabia, near Afghanistan’s border with Iran, and near Bulgaria’s border with Yugoslavia. »

    Key Dates in Gold History
    Here are some key dates in gold’s trading history covering the period from the early 1970s through to January 2008 including that period when gold rose, fell and, like the phoenix, has risen again.

    In August 1971, took the dollar off the gold standard. With some minor variations this had been in place since the Bretton Woods Agreement of 1944 and fixed the conversion rate for one Troy ounce of gold at $35.

    In August 1972, United States devalued dollar to $38 per ounce of gold.

    In March 1973, Most of the major countries adopted a floating exchange rate system.

    Then in May 1973, the United States devalued dollar again, to $42.22 per ounce.

    January 1980. Gold hits record high at $850 per ounce. High inflation because of strong oil prices, Soviet intervention in Afghanistan and the impact of the Iranian revolution, which prompted investors to move into the metal.

    In August 1999, gold fell to an all-time low at $251.70 on concerns about central banks reducing gold bullion reserves while, at the same time mining companies were selling gold in forward markets to protect against falling prices.

    In October 1999, gold reached a two-year high at $338 after an agreement by 15 European central banks to limit the gold sales.

    During February 2003, gold reached 4-1/2-year high on safe-haven buying in the run-up to conflict with Iraq.

    Then in December 2003 to January 2004, gold broke above $400, reaching levels last traded in 1988. Investors started to increasingly buy gold as risk insurance for portfolios.

    In November 2005, the spot gold rises above $500 for the first time since December 1987, when the spot hit $502.97.

    April 11, 2006, and gold prices then surpass the next big level of 600 US dollars an ounce, the highest since December 1980, with funds and investors pouring money into commodities on a weak dollar, firm oil prices and geopolitical worries.

    May 12, 2006, saw gold prices peak at 730 US dollars an ounce This was the highest level since January 1980, with funds and investors pouring money into commodities on a weak dollar, firm oil prices and political tensions over Iran’s nuclear ambitions.

    June 14, 2006 gold falls 26 percent to $543 from its 26-year peak after investors and speculators went on a flurry of profit taking.

    Nov 7, 2007, spot gold peaks at a 28-year high of $845.40 an ounce.

    Jan 2, 2008, gold breaks above $850 for the first time since 1980.

    Jan 8, 2008, gold hits record $875.80. (Sources: GFMS, World Gold Council, Commodity Research Bureau and Reuters database).

    Jan 12, 2008, Now gold has breached 900 dollars an ounce and looks set to reach the magical 1000 US dollars per ounce.

    Why Gold
    Some similarities can be found between the two highest evers but there is a marked difference between the two that show this latest high is not a spike but a continuing trend.

    In James Turk’s « 2008 Gold Should Glitter », he comments

    « Although gold’s previous record high of $850 reached in January 1980 gets attention, rarely do people consider that a 1980-dollar had substantially more purchasing power than a 2007-dollar. Adjusting for 27 years of inflation, it takes $2,208 today to equal the purchasing power of $850 in January 1980. So by this measure, gold is still far from a true record high. »

    He follows this on with:

    « Another useful measure to determine gold’s relative value can be made by comparing gold to the Dow Jones Industrial Average. Gold is overvalued when it takes only one ounce to buy the DJIA. For example in the 1930s, one ounce of gold at $35 bought the DJIA, and it did so again in 1980 when an ounce of gold was $850 and the DJIA was 800. Though this ratio has fallen from more than 40 ounces in 2000, it still takes 16 ounces of gold to buy the DJIA, meaning that gold continues to be a relatively good value while the DJIA is relatively expensive …. »

    So gold is still relatively, undervalued, or « cheap » as it were, and there is still a long way to go for it to catch up to inflation.

    The current rise is being helped of course by the current situation in the US and the increased level in oil price but these are really contributory rather than causative.

    What is causative is the general trend of investors having less faith in fiscal currency. Two component parts of the current economy is the passion by governments for printing more money to handle debt and debt crisis. And the other is the banking fractional system which allows banks to ‘creatively create money for the purposes of debt. Both these forces oppose each other creating, in their wake, a rising tide of inflation and recession.

    This is perhaps, unconsciously, understood by most people as not a good thing. They see this in their pockets with prices rising, less money available, and more restrictive practices surrounding their control of finances.

    All this despite hot mint printing presses actively at work printing more money while banks offering more debt yet at the same time struggling with the debt they have.
    This is likely to be the biggest cause of the investors, and even the man in the street’s attention being turned to gold. And this is not something that is going to go away anytime soon.

    Golds Future
    Many analysis are predicting further increases in gold. Of course there will always be the inevitable « correction » as it is called. This is where those investors, in for the short term, decide to take a profit and the price then drops for a while. But with gold currently undervalued and with the prime economies on what could be called a long term unsteady footing, there is plenty of room for gold to continue its steady rise to, some say, over the 2000 dollars an ounce mark.

    So it seems the value of gold has a lot of catching up to do

    J’aime

  2. boder dit :

    Cours
    EUR/USD SPOT
    1.0774 USD
    -0.47%

    J’aime

  3. boder dit :

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/10/l-euro-ne-s-est-pas-impose-comme-une-monnaie-internationale_6042347_3234.html

    L’euro ne s’est pas imposé comme une monnaie internationale

    Dans son dernier rapport sur le rôle de la monnaie unique, la Banque centrale européenne a confirmé que, face à l’euro, le dollar reste la valeur refuge incontestée.
    Par Eric Albert Publié le 10 juin 2020 à 09h00

    Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, le 11 février 2020. Vincent Kessler / REUTERS

    Depuis un mois, avec le rebond de la Bourse et des marchés financiers, les capitaux reviennent vers la zone euro. Mais les deux premiers mois de la pandémie en Europe ont mis en évidence la faiblesse de la monnaie unique. Pendant cette période de panique, les capitaux du monde entier sont partis vers le dollar, qui reste plus que jamais la monnaie reine.

    Mardi 9 juin, la Banque centrale européenne (BCE), qui a publié son rapport annuel sur le rôle international de la monnaie unique, est venue confirmer en creux ce constat. Ce document se penche sur l’année 2019, avant la pandémie, mais rappelle que la « part de marché » de l’euro – que ce soit pour les réserves financières, le libellé des contrats, les prêts internationaux… – s’effrite depuis une décennie. Cette part avait atteint 24 % avant la crise financière de 2008. Elle est désormais de 19 %, en léger progrès après le point bas de 16 % il y a trois ans.

    Certes, « l’euro reste la deuxième monnaie la plus utilisée au monde », souligne le rapport, très loin devant le yen japonais et le renminbi chinois. Mais face au dollar, il reste un poids plume. Le billet vert représente 60 % des réserves financières de devises, trois fois plus que l’euro. La proportion est à peu près la même pour les prêts internationaux et les dettes internationales, qui sont majoritairement libellées en dollars. La seule catégorie où l’euro a une part de marché proche du billet vert est celle des paiements, avec 35 % contre 42 %.
    La Fed, prêteur international

    L’illustration la plus évidente de la domination du dollar est arrivée dimanche 15 mars. Les marchés étaient alors en train de dévisser, et la Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé d’asséner un grand coup : elle a réduit ses taux d’intérêt à une fourchette entre 0 % et 0,25 %, et a annoncé une enveloppe de 700 milliards de dollars d’achat d’actifs (620 milliards d’euros). En parallèle, l’ensemble des grandes banques centrales – BCE, banques d’Angleterre, du Japon, de Suisse et du Canada – ont annoncé la création de nouvelles lignes de « swaps » en dollars.

    J’aime

  4. boder dit :

    2012
    https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20120807trib000713205/la-suisse-detient-les-cinquiemes-reserves-en-devises-du-monde.html

    « Cinquième réserves du monde

    Avec ce nouveau record de réserves, la seule Confédération détient pratiquement la moitié de l »ensemble des réserves de tout l »Eurosystème, autrement dit des 17 banques centrales nationales de la zone euro. Elle surpasse désormais Taïwan au cinquième rang des plus importantes réserves en devises détenues par des Etats, derrière la Chine, le Japon, l »Arabie Saoudite et la Russie. Voilà donc la petite Suisse adepte de la démocratie directe propulsée au rang de monarchie pétrolière ou de géant émergent. »

    J’aime

  5. boder dit :

    https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2018/07/06/les-reserves-officielles-de-change
    es réserves de l’État se répartissent comme suit :

    Réserves en or

    116 733 M€

    Réserves en devises

    55 179 M€

    Créances sur le FMI

    39 826 M€

    Autres avoirs de réserve

    1 530 M€

    J’aime

  6. boder dit :

    https://institutdeslibertes.org/hier-nous-etions-au-bord-du-gouffre-aujourdhui-nous-avons-fait-un-grand-pas-en-avant-marechal-de-mc-mahon/

    « Je connais déjà la réponse, le capitalisme restant le capitalisme : une grande société de trading Japonaise ou Singapourienne va acheter la production Russe et la revendre à l’Allemagne, la France ou l’Italie (en prenant une marge, bien sûr) mais rien ne garantit que la Russie va accepter le paiement en Euro. Elle va peut-être exiger d’être payée en Yen ou en dollar de Singapour, ce qui financera les déficits budgétaires Japonais ou Singapouriens, ce qui ne va pas nous aider à financer les nôtres. »

    J’aime

  7. boder dit :

    bon à ce jour on peut vraiment dire qu’il se passe un truc sur la parité euro – dollar
    la monnaie se déprécie fortement.
    https://www.boursorama.com/bourse/devises/taux-de-change-euro-dollar-EUR-USD/

    J’aime

  8. boder dit :

    euro s’effondre face au dollar mais baisse aussi face au Rouble.
    actuellement : 1euro = 56,49 Roubles russe
    en 2005 1 euro = 36 roubles
    2018 1 euro = 75 roubles

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.